Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog qui révèle la faillite du système
  • Le blog qui révèle la faillite du système
  • : Qu'est-ce que la loi hadopi/Loppsi ? le mouvement Zeitgeist ? Y-a-t'il de la corruption en France ? Retrouver toutes ces révélations sur mon blog.
  • Contact

Recherche

Archives

11 septembre 2009 5 11 /09 /septembre /2009 12:46
30   ~   Quel est le rôle de la cybernétique en tant que preneurs de décisions ?
         
31   ~   Comment quelqu'un choisira-t-il sa maison ?
         
32   ~   Quel est le rôle de la famille ?
         
33   ~   Quels types de pressions seraient atténuées dans les conceptions du Projet Venus ?
         
34   ~   Quel est l'aspect le plus important du projet ?
         
35   ~   Pourquoi ce projet est-il supérieur à d'autres projets communautaires intentionnels ?
         
36   ~   Les gens pourront-ils vivre hors de la ville ?
         
37   ~   Comment se déroulera la distribution de la nourriture et/ou d'autres objets de désir comme les téléphones, les ordinateurs ou les livres ?
         
38   ~   Y aura-t-il des véhicules non-automatisés (voitures ou avions), et comment la société empêchera leur mauvaise utilisation ?
         
39   ~   Pourquoi pensez-vous qu'une approche aussi révolutionnaire que le Projet Venus soit nécessaire ?
         
40   ~   Pourquoi êtes-vous contre l'argent ?
         
41   ~   Dans cette nouvelle culture, proposez-vous d'utiliser une élite technique qui déciderait de l'orientation de la société ?
         
42   ~   Pourquoi mettre l'accent sur une approche cybernétique pour une opération sociale ?
         
43   ~   Que feront les gens ?
         
44   ~   Quelles sont les garanties contre les abus de pouvoir dans la société que vous envisagez ?
         
45   ~   Vous accordez une grande importance au comportement humain par opposition à la nature humaine. Pourriez-vous définir les deux ?



30 - Q :
Quel est le rôle de la cybernétique en tant que preneurs de décisions ?

R : Lorsque les ordinateurs auront des capteurs répandus dans toutes les zones des complexes physiques et sociaux, nous serons capables de réaliser la centralisation de la prise de décision. Dans une économie mondiale basée sur les ressources, les décisions ne seront pas basées sur des politiques locales mais sur une approche holistique de résolution des problèmes.

Ce système centralisé pourrait être connecté à des laboratoires de recherche et des universités, avec toutes les données surveillées et mises à jour constamment. La plupart de la technologie requise pour une telle gestion de ces infrastructures est actuellement disponible. La grande différence entre la technologie informatique d'aujourd'hui et le système que nous recommandons est que notre système étend son système nerveux autonome (capteurs environnementaux) dans toutes les zones liées aux complexes sociaux. Cela coordonne un équilibre entre la production et la distribution, et fonctionne pour maintenir une économie d'équilibrage des charges. Cette technologie de rétroaction électronique industrielle peut être appliquée à l'ensemble de l'économie mondiale.

Par exemple, avec des capteurs électriques étendus dans la région agricole, les systèmes informatiques gèreraient et contrôleraient l'agriculture en surveillant la nappe phréatique, les insectes, les parasites, les maladies des plants, les éléments nutritifs du sol, et ainsi de suite. Le traitement de l'information nous permettra d'arriver à des prises de décision plus appropriées basées sur des rétroactions de l'environnement.

Les ordinateurs et l'intelligence artificielle serviront de catalyseurs pour le changement. Ils établiront des échelles scientifiques de performance. Il est peu probable que, dans la dernière partie du 21ème siècle, le peuple joue un rôle significatif dans la prise de décision. En fin de compte, l'installation de l'IA et des machines preneuses de décision gèrera toutes les ressources pour le bien commun.

Il en résultera une approche plus humaine et significative pour la formation de la civilisation de demain qui ne sera pas basée sur les avis ou les désirs d'une secte ou d'un individu. Toutes les décisions seront réalisées sur la base d'une étude compréhensive des ressources, de l'énergie et de la technologie existante sans accorder quelconque avantage à une nation ou à un groupe de personne choisi en particulier.

Ceci peut être accompli avec des processeurs informatisés à grande échelle qui pourront nous assister à définir les moyens les plus appropriés et humains pour gérer les affaires environnementales et humaines. Il s'agit essentiellement de la fonction d'un gouvernement. Avec des ordinateurs traitant des milliards de bits d'information par seconde, les technologies existantes dépassent de loin la capacité humaine à traiter l'information et ils peuvent arriver à des décisions équitables et durables à propos du développement et de la distribution des ressources physiques. Avec ce potentiel, nous évoluerons au-delà des décisions politiques prises sur la base du pouvoir et du profit.



31 - Q :
Comment quelqu'un choisira-t-il sa maison ?

R : Un exemple de la vaste gamme de choix disponibles dans une économie basée sur les ressources est la façon dont quelqu'un choisit une maison. Par exemple, un homme et une femme visitent un centre de conception architecturale et s'assoient en face d'un hémisphère d'environ 6 pieds (1,83 m) de diamètre. La femme décrit le type de maison qu'elle préfèrerait et ses centres d'intérêts. La maison apparaît dans une image 3-D au centre de l'hémisphère. Elle pivote lentement pour présenter une vue intérieure et extérieure. Ensuite l'homme décrit ses principaux intérêts et préférences et suggère un plus grand balcon. L'image 3-D est ajustée. Lorsqu'ils ont finis leurs requêtes de changement, l'ordinateur présente différentes solutions à envisager. Ils pourront aussi entrer dans un centre sensoriel pour expérimenter étape par étape leurs conceptions et continuer à faire des changements.

Lorsqu'ils arrivent à la conception finale, les procédures de construction sont mises en marche. L'ordinateur choisit des matériaux efficaces et durables. Aucune architecture n'est permanente et elle peut être modifiée et mise à jour à la demande des occupants.

C'est un véritable choix individuel. Dans un système monétaire, la plupart vivent proche de leur lieu de travail avec une maison, une voiture et un mode de vie qu'ils peuvent se permettre (ou le plus souvent ne peuvent pas se permettre), plutôt que ce qu'ils préfèrent. Aujourd'hui nous sommes seulement aussi libres que notre pouvoir d'achat le permet. Faute d'un véritable sentiment de soi, beaucoup achètent des maisons comme symboles de statut juste pour impressionner les autres.

Une économie basée sur les ressources change la nature de nos logements de symbole de statut ou d'un abri basque, à une réflexion de l'individualité et des intérêts personnels.



32 - Q :
Quel est le rôle de la famille ?

R : De nos jours, les maris et femmes travaillent tous les deux. L'économie monétaire a sapé la cohésion de la famille et l'attention aux enfants. Les parents ont peu de temps à passer avec leurs enfants, et sont constamment stressés par des factures médicales qui ne cessent d'augmenter, les paiements de l'assurance, les dépenses scolaires et les dépenses du coût de la vie.

Dans cette orientation, l'un des plus grands avantages de cette nouvelle civilisation peut être réalisé. Des journées de travail plus courtes permettront une meilleure opportunité pour les membres de la famille de poursuivre des domaines d'intérêt personnels. L'accès libre aux biens et aux services fera de la maison un endroit agréable, sans le stress économique qui provoque tant de troubles familiaux.

Les gens seront-ils plus heureux dans ce genre de société ? Peut-être que ce n'est pas le bonheur que nous cherchons : le bonheur est relatif à la nature de chaque individu, et est donc individuellement défini et réalisé. Nous cherchons à créer une société où les gens sont libre de choisir leur travail, de développer leur potentiel caché et de poursuivre leurs rêves sans intervention du gouvernement ou contrainte financière.

Une économie basée sur les ressources fournirait des centres artistiques, des centres musicaux, des projets de théâtre, et l'opportunité pour les gens de retourner à un environnement éducatif, leur permettant de poursuivre leurs intérêts. Bien que les gens seraient économiquement tranquilles, ils trouveront toujours de véritables défis qui préserveront la stimulation et renforceront la créativité.



33 - Q :
Quels types de pressions seraient atténuées dans les conceptions du Projet Venus ?

R : La plus grande leçon que nous pourrions apprendre pourrait être que les êtres humains libérés de la dette, de l'insécurité et de la peur deviennent beaucoup plus aimables. Personne n'aura l'intention de vendre quoique ce soit à quiconque ou de priver quelqu'un de ses possessions ou de son argent. Dans une économie basée sur les ressources, la base de l'agression humaine malsaine sera dépassée. Les gens ne seront plus accablés par les préoccupations lancinantes qui consomment une grande partie de notre attention, tels que les hypothèques, les coûts des soins de santé, les assurances incendies, la récession économique, la perte d'emploi, la récession, la dépression et les taxes. Avec la suppression de ces charges et l'élimination de ces conditions qui créent des sentiments d'envie, de cupidité et de compétition, nos vies seraient beaucoup plus signifiantes. Pour la première fois nous pourrions commencer à savoir ce que signifie être humain.

Alors que nous améliorerons la vie des autres, protégerons notre environnement et travailleront pour l'abondance, toutes nos vies pourront devenir plus riches et plus sûres. Si ces valeurs étaient mises en pratique, cela nous permettrait de parvenir à un plus haut niveau de vie dans un laps de temps relativement court; un niveau de vie qui serait amélioré en permanence.

Les gens seraient libres de poursuivre tout effort constructif qu'ils désirent sans pressions économiques, restrictions et taxations qui sont inhérentes au système monétaire. Par effort constructif, nous voulons dire tout ce qui améliore la vie de l'individu et des autres. Lorsque l'éducation et les ressources seront disponibles sans étiquette de prix, il n'y aura pas de limite au potentiel humain. Avec ces changements importants, les gens pourraient par la suite vivre plus longtemps, de manières plus signifiantes et saines. La mesure du succès  serait
l'accomplissement des desseins de chacun plutôt que l'acquisition de richesse, de propriété et de pouvoir.



34 - Q :
Quel est l'aspect le plus important du projet ?

R : L'aspect le plus important du projet est l'orientation sociale de toutes les nations travaillant ensemble à la restauration de l'environnement dans une économie basée sur les ressources. L'objectif est le patrimoine commun de toutes les ressources de la Terre pour tous les peuples de la Terre. C'est le seul processus que nous voyons pour mettre fin au cycle actuel des évènements de la guerre, de la pauvreté, de la faim, de la corruption politique et de la dégradation environnementale. La technologie que nous présentons peut permettre à la population du monde entier d'obtenir un très haut niveau de vie, bien plus élevé que tout ce que nous n'avons jamais imaginé.



35 - Q :
Pourquoi ce projet est-il supérieur à d'autres projets communautaires intentionnels ?

R : Les communautés intentionnelles tentent d'avoir un meilleur niveau de vie au sein du système actuel mais nous voyons ça comme un patchwork (correctif, rapiècement). S'il y a un écroulement économique, les communautés intentionnelles s'écrouleront elles aussi. De notre point de vue ce n'est pas une solution plausible, c'est un patchwork de capitalisme privé pour quelques choisis. Nous ne sommes pas contre les communautés intentionnelles, mais elles ne règlent pas les problèmes, elles évitent addressing les conflits nationaux et internationaux, le chômage, le remplacement des hommes par les machines, la dégradation de l'environnement, la corruption politique et toutes les autres artificialités de notre civilisation.



36 - Q :
Les gens pourront-ils vivre hors de la ville ?

R : Oui les gens peuvent vivre où ils le souhaitent surtout quand il y a davantage de recherches d'effectuées sur les maisons en auto-soutien en terme d'énergie, mais il y aurait tellement d'avantages à vivre dans ce genre de ville.

Ce que la nouvelle ville fournit est un environnement complet, avec un air et de l'eau purs, des soins de santé, une bonne nutrition, un accès à l'information et à l'éducation pour tous. La ville aurait des centres d'art et de musique, des magasins entièrement équipées de machine, des laboratoires scientifiques, des zones de loisirs et de sports, et des quartiers de fabrication. Ces nouvelles villes pourraient aussi fournir tous les moyens de loisir à une courte distance du quartier résidentiel. Ce type de technologie est inévitable. Le recyclage des déchets, les systèmes de production d'énergie propre et renouvelable, et toutes sortes de services seraient gérées par des méthodes cybernétiques intégrées. La gestion des affaires humaines, tels que les styles de vie et les préférences personnelles, sont totalement choisis par l'individu.

Bien évidemment, les gens seront libre de vivre où bon leur semble. Mais ces villes sont prévues avec beaucoup d'espace ouvert, de parcs et de zones boisées. Dans les zones de résidences individuelles il y aurait suffisamment de végétation et d'arbres entre les maisons pour permettre une vie privée.

Notre proposition pour une ville du futur représente un environnement réalisable, durable et sophistiqué, conçu pour apporter le meilleur au potentiel humain. Ces villes ne fourniront pas seulement des ressources et de l'information mais seront des villes universitaires de croissance continue, conçues pour encourager l'individualité, la créativité et la coopération, avec une préoccupation totale des personnes et de l'environnement dans lequel ils vivent.

Ce n'est pas l'intention du Projet Venus que de favoriser l'uniformité. Notre intention est de fournir les meilleurs outils et informations pertinentes pour les besoins de chaque individu. Le système accueille aussi les critiques constructives de ses propositions, de son architecture et de tous les autres aspects du système social.



37 - Q :
Comment se déroulera la distribution de la nourriture et/ou d'autres objets de désir comme les téléphones, les ordinateurs ou les livres ?

R : La distribution des biens et services sans utilisation d'argent ou de jetons serait accomplie par le biais de l'établissement de centres de distribution. Ces centres de distribution seraient similaires à des expositions, où les avantages des nouveaux produits pourraient être expliqués et démontrés. Par exemple, si vous avez visité le parc national de Yellowstone, vous pouviez obtenir un appareil photo ou un caméscope, l'utiliser, et ensuite le rendre à un autre centre de distribution où le déposer, éliminant ainsi le stock et la maintenance.

Outre les centres informatisés à travers les différentes communautés où les produits seraient éventuellement affichés, il y aura un écran plat 3-D dans chaque maison. Si vous désirez un objet, une commande peut être placée et l'objet automatiquement délivré à votre lieu de résidence.

Les matières premières pour les produits peuvent être directement transportées vers les installations de fabrication par "séquences" de transports automatisés à l'aide de bateaux, monorails, trains Mag-Lev, pipelines et de tubes pneumatiques. Un système d'inventaire automatique informatisé intégrerait les centres de distribution et les installations de fabrication, coordonnant la production pour répondre à la demande et fournissant une évaluation constante des préférences et de la consommation. De cette façon, une économie d'équilibrage des charges peut être maintenue. Insuffisances, dépassements et gaspillage pourraient être éliminés.



38 - Q :
Y aura-t-il des véhicules non-automatisés (voitures ou avions), et comment la société empêchera leur mauvaise utilisation ?

R : Oui il y aura des véhicules non-automatisés avec des règlements de sécurité intégrés. Si le conducteur les enfreint la machine se rangera sur le côté de la route et reverra les procédures adéquates avec le conducteur. Si elles ne sont toujours pas respectées une aide sera envoyée. Non pas une aide des forces de police mais des gens qui sont utiles à la situation.



39 - Q :
Pourquoi pensez-vous qu'une approche aussi révolutionnaire que le Projet Venus soit nécessaire ?

R : Notre système actuel n'est pas apte à fournir un haut niveau de vie pour tous, pas plus qu'elle ne peut assurer la protection de l'environnement car la motivation majeure est le profit. Les entreprises ne sont pas entièrement à blâmer; elles sont contraintes à agir de cette façon afin de conserver l'avantage concurrentiel. En outre, avec l'avènement de l'automatisation, de la cybernétique et de l'intelligence artificielle, il y aura un remplacement de plus en plus important des personnes par des systèmes automatisés. En conséquence, de moins en moins de personnes seront capables d'acheter des biens et services alors même que notre capacité de produire en abondance continuera d'exister. Ceci est bien documenté dans le nouveau livre de Jeremy Rifkin "The End of Work : The Decline of the Global Labor Force and the Dawn of the Post-market Era (Putnam, 1995)" (La fin du travail). Le Projet Venus offre une nouvelle approche qui renverse les aspects négatifs vécus dans notre application actuelle de l'automatisation et de l'intelligence artificielle. Ce projet élimine les conséquences désastreuses que de telles approches peuvent avoir sur notre société, c'est-à-dire le déplacement de millions de travailleurs, qualifiés ou non.



40 - Q :
Pourquoi êtes-vous contre l'argent ?

R : Si tout l'argent du monde était détruit, tant que nous aurions suffisamment de terres arables, d'usines, de ressources nécessaires et de personnels techniques, nous pourrions construire quoique ce soit et même approvisionner en abondance. Pendant la Dépression, il y avait des aspirateurs dans les boutiques et des voitures dans les parkings. La Terre était toujours la même. Il n'y avait tout simplement pas d'argent dans les porte-monnaie des gens et très peu de pouvoir d'achat. Au début de la seconde Guerre Mondiale, les États-Unis avaient environ 600 avions de lutte de première classe. Nous avons rapidement surmonté cette offre en tournant à plus de 90000 avions par an. La question au début de la seconde Guerre Mondiale était : Avons-nous assez de fonds pour produire les instruments de guerre ? La réponse était Non, nous n'avons pas assez d'argent ou d'or, mais nous avons plus que suffisamment de ressources. C'était les ressources disponibles et le personnel technique qui ont permis aux États-Unis de réaliser la production et l'efficacité requise pour gagner la guerre.

Il semble que la véritable richesse de toute nation se trouve dans ses ressources naturelles et son peuple qui travaillent vers un style de vie plus humain par le biais de l'élimination de la pénurie. Tous les systèmes sociaux, indépendamment de la philosophie politique, des croyances religieuses, ou des moeurs sociales, dépendant en fin de compte des ressources naturelles -- c'est-à-dire de la qualité de l'air et de l'eau et de zones de terres arables -- et l'équipement industriel et le personnel technique pour un niveau de vie élevé. Le système monétaire a été conçu il y a des centaines d'années et n'était guère approprié pour l'époque. Nous utilisons toujours ce même système démodé, qui est probablement responsable de la plupart des problèmes de nos jours. Je n'ai aucun doute que même la personne la plus riche d'aujourd'hui serait bien mieux dans la société à haut rendement énergétique que le Projet Venus propose.



41 - Q :
Dans cette nouvelle culture, proposez-vous d'utiliser une élite technique qui déciderait de l'orientation de la société ?

R : Non. Le Projet Venus appelle à une société cybernétique dans laquelle les ordinateurs pourraient remplacer le système arriéré d'élection de politiciens qui, dans la plupart des cas, représentent des intérêts ancrés. La technologie ne dictera ni ne surveillera jamais la vie des individus, car cela serait considéré socialement offensif et contreproductif. Des films tels que 1984, Brave New World, Blade Runner et Terminator 2 ont engendrés la peur chez certains individus concernant la prise de contrôle de la technologie dans notre société. L'unique objectif du Projet Venus est d'élever le potentiel spirituel et intellectuel de l'ensemble de la population tout en fournissant les biens et services qui répondront à leurs besoins matériels.
Il a été dit que de nombreuses personnes employées par des sociétés privées ont le sentiment de servir dans des dictatures privées dés qu'elles passent la porte et valident leur présence. Le Projet Venus, d'autre part, utiliserait le meilleur de la technologie pour améliorer les vies de chacun. Dans le système proposé, la durée de travail sera raccourcie, permettant aux individus plus de temps libre, un mode de vie plus sain et un environnement dépourvu de stress.



42 - Q :
Pourquoi mettre l'accent sur une approche cybernétique pour une opération sociale ?

R : Il y a suffisamment de preuves pour montrer que la technologie évolue dans cette direction. Alors que les ordinateurs et l'intelligence artificielle continuent à évoluer par le biais de la rétroaction environnementale, les ordinateurs peuvent parvenir à des décisions plus appropriées dans le fonctionnement de notre système social. De nos jours, des systèmes automatisés peuvent lancer et orienter la trajectoire de vol de vaisseaux spatiaux à des planètes lointaines. Dans une société cybernétique avec une technologie de pointe, nous surpasserons en fin de compte le besoin de participation humaine au gouvernement, à la fabrication et à la distribution des biens et services. Par le biais de systèmes cybernétiques, une économie d'équilibrage des charges peut facilement être maintenue. Cela libèrera les êtres humains des tâches ennuyantes et monotones du monde du travail. Oui, la plupart des emplois seront par la suite supprimés.



43 - Q :
Que feront les gens ?

R : Ils se livreront à toutes sortes de recherches et de développements, à la création artistique et à l'artisanat, au voyage et à l'exploration, et à la participation à tous les autres horizons illimités que le futur a à offrir. La réalisation finale du potentiel de la technologie cybernétique et informatisée est uniquement d'améliorer la vie des gens [...] pourrait produire le système le plus révolutionnaire en constante évolution. Cela éliminera en fin de compte toutes les frontières superficielle créées par les nations; comme nous commençons à le constater avec l'introduction de la communication par satellite et des ordinateurs individuels, il est presque impossible pour les nations aujourd'hui de censurer les idées et les informations.



44 - Q :
Quelles sont les garanties contre les abus de pouvoir dans la société que vous envisagez ?

R : Dans une économie basée sur les ressources, nous dépassons le besoin d'argent qui est la base pour la plupart des corruptions. La société que nous envisageons rend tous les biens et services disponibles à tous sans étiquette de prix. C'est ce que la fonction du gouvernement pourrait être, en dépassant le besoin le besoin de politique dans la gestion des affaires humaines. De nos jours, les décisions gouvernementales ont toujours été sujettes à l'influence de l'élite au pouvoir. Le complexe cybernétique ne ferait que gérer et améliorer la distribution des ressources, la fourniture d'air et d'eau purs, et toutes les commodités qui améliorent la vie humaine. Une fois de plus, il ne contrôle pas les gens ni ne gère la vie des individus -- au contraire, il pourrait encourager le développement de l'initiative individuelle et de la créativité bien au-delà de notre culture actuelle orientée vers l'argent.
Nombreux sont ceux qui craignent l'installation des systèmes cybernétiques. Cette crainte n'est pas fondée. Ce n'est pas de la technologie qu'il faut avoir peur. Notre préoccupation devrait être l'abus de cette technologie, plutôt que la technologie inanimée elle-même.



45 - Q :
Vous accordez une grande importance au comportement humain par opposition à la nature humaine. Pourriez-vous définir les deux ?

R : Il n'y a pas de nature humaine au sens conventionnel d'être un ensemble de comportements et de valeurs prédéterminés et préprogrammés auxquels les humains sont prédisposés. Ce dont nous sommes soucieux c'est le comportement humain et ses valeurs, qui peuvent certainement être changés. Si ce n'était pas le cas, nous vivrions toujours dans des grottes.
La question dont l'on devrait se soucier c'est, "Quels sont les facteurs qui façonnent le comportement humain ?". Nous avons le sentiment que le comportement humain est tout aussi légitime que n'importe quel phénomène naturel. Nos habitudes, nos comportements et nos valeurs sont des sous-produits de notre culture. Si l'environnement reste inchangé, les mêmes problèmes et comportements se reproduiront. Le Projet Venus propose de fournir un environnement qui fera ressortir le meilleur du comportement humain et étendra la courtoisie à toutes les nations.
Prenez, par exemple, la situation observée après la seconde Guerre Mondiale : même les familles les plus respectables pouvaient être vues à se battre pour des bouts de nourriture. Lorsque les besoins vitaux des personnes ne sont pas satisfaits, ils ont recours à n'importe quel comportement nécessaire pour assurer les besoins de vie d'eux-mêmes et de leurs familles. En rendant les besoins vitaux disponibles à tous dans cette démocratie participative et par le biais d'une éducation signifiante et productive, nous pouvons réduire de façon spectaculaire le comportement contreproductif.


Si vous arrivez au bout de ces trois F.A.Qs et que ces dernières ne répondent pas vraiment à votre(/s) question(s), vous pouvez toujours me laisser un petit commentaire ^^

Partager cet article

Repost 0
Published by Anti-HADOPI - dans Vénus project
commenter cet article

commentaires