Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog qui révèle la faillite du système
  • Le blog qui révèle la faillite du système
  • : Qu'est-ce que la loi hadopi/Loppsi ? le mouvement Zeitgeist ? Y-a-t'il de la corruption en France ? Retrouver toutes ces révélations sur mon blog.
  • Contact

Recherche

Archives

27 octobre 2009 2 27 /10 /octobre /2009 01:43
Tout le monde connait le SIDA (syndrôme d'immunodéficience acquise) qui n'est pas une maladie mais une conséquence.

Le VIH remis en cause :

"Le Sida et le VIH sont des concepts artificiels, définis par des impératifs politiques, moraux et économiques, et non par une analyse scientifique honnête et rigoureuse. Un nombre croissant de dissidents ont exprimé leurs doutes sur le dogme VIH/SIDA depuis le début de la controverse. De nombreuses questions sont restées sans réponse et ont été exclues de tout débat public.

Ces questions comprennent :

  1. Où est la preuve de l'existence du VIH ? L'isolement de ce virus, directement à partir des malades sidéens, n'a jamais pu être prouvé par les critères traditionnels de la virologie.
  2. Et quand bien même ce rétrovirus existerait, les articles scientifiques publiés en 1984 et indiquant un lien de causalité entre ce virus et la dépression immunitaire, ont, depuis, été démontrés frauduleux. Où a-t-on jamais prouvé rigoureusement que ce virus soit la cause de la trentaine de maladies collectivement appelées "Sida" ? Trois définitions différentes du Sida ont été formulées aux Etats-Unis par le "Centre de Contrôle des Maladies", la dernière incluant même des conditions qui débordent du cadre de la pathologie.
  3. Deux théories diamétralement opposées ont été postulées depuis 1984. La première théorie, qui date de 1984, suggère que le VIH est un rétrovirus "lent" qui, après l'infection initiale, met des années avant de se réveiller et d'endommager le système immunitaire. La seconde théorie qui date de 1995 et qui prévaut actuellement, suggère que le VIH est actif immédiatement et dégrade progressivement les défenses immunitaires. Comment l'orthodoxie du Sida peut-elle s'accommoder de définitions aussi différentes et cependant appliquer les mêmes protocoles thérapeutiques ?
  4. Où est l'épidémie annoncée au début des années 1980 ? Les chiffres publiés par l'Office Mondial de la Santé et par les média confondent la séropositivité VIH et le Sida ! Dans la plupart du tiers-monde, un test VIH+ n'est pas nécessairement un critère de diagnostic de Sida. Par surcroît, un grand nombre des maladies hélas traditionnelles dans le tiers-monde donnent des résultats faussement positifs au test du VIH. La conséquence étant que ces maladies ne sont pas traitées d'une manière appropriée.
  5. Puisqu'il n'y a aucune preuve solide d'isolement du VIH, comment le test pourrait-il être considéré comme spécifique, et, sur le plan déontologique, comment ces tests "positifs" pourraient-ils être présentés aux patients comme une menace de mort imminente, et comme l'obligation pour ces patients de s'exposer à des médicaments dangereusement toxiques ?
  6. Où est la preuve de l'efficacité des médicaments anti-rétroviraux qui sont les substances les plus toxiques jamais mises sur le marché dans toute l'histoire de la médecine ?
  7. Et qu'est-ce qui pourrait jamais justifier que ces médications hautement toxiques aient pu être approuvées par les autorités pharmaceutiques en des temps records ?
  8. Les personnes qui ont survécu de nombreuses années à un diagnostic de séropositivité ont toutes un point commun : elles ont toutes refusé les traitements officiels, et ont toutes utilisé des traitements naturels et économiques favorisant la stimulation immunitaire. Pourquoi ces résultats ne sont-ils pas portés à la connaissance du public ? Est-ce que l'Afrique du Sud envisage vraiment d'investir dans des médicaments fort coûteux et d'efficacité non-démontrée ?
  9. Où est le comité de surveillance, indépendant et international, qui pourra limiter les monopoles économiques et scientifiques en matière de santé publique ? Le succès de l'Afrique du Sud, en refusant la politique mondiale actuelle sur le Sida, pourrait ouvrir la voie vers la création d'un tel comité.
  10. Pieter Piot, directeur de UNAIDS, a systématiquement refusé (ou a été incapable) de fournir la moindre preuve de l'existence du VIH et/ou de son lien de causalité avec le Sida. Pourquoi ? Est-ce que ceci ne devrait pas représenter la pierre angulaire d'une politique internationale du Sida ?

Ces quelques questions doivent être posées publiquement et doivent recevoir une réponse si nous voulons voir le commencement de la fin d'une des plus grandes tragédies médicales et scientifiques de notre époque.
Nous voulons encourager et demander au peuple d'Afrique du Sud de devenir les champions du monde en refusant une exploitation immorale basée sur la définition artificielle d'une maladie. Votre pays a les moyens de résoudre les problèmes de pauvreté, de malnutrition et de santé publique par des moyens humanitaires, en dehors de la peur et de l'oppression créée par la fausse science des géants de l'industrie pharmaceutique.
Votre courage peut éclairer, pour d'autres, le chemin qui les libérera de la peur, des manipulations et des voracités économiques qui entravent aujourd'hui les progrès de la santé dans le monde."
(source)


Les racines du mal de l'existence officiel du VIH (VIH2)

Parmi les cause du SIDA, il y a certainement un des plus terrible : le VIH (virus de l'immunodéficience humaine).
Les VIH (VIH1 et VIH2), tout le monde connait grâce à l'éducation que nous prodigue le système scolaire et les différents médias.

Mais savez-vous quel est l'origine du virus ?

Un documentaire surprenant, fruit de nombreuses recherches et débats scientifiques :


Partager cet article

Repost 0
Published by Anti-HADOPI - dans Santé
commenter cet article

commentaires